Rentrée du 26 avril : FAQ après FAQ, la protection des personnels toujours inexistante
Publié; le 27 avril 2021 | snudi FO

FAQ après FAQ, promesses après promesses, une énième rentrée particulière, des moyens manquants, des personnels en 1e ligne toujours pas vaccinés, et encore, le ministre botte en touche !


Sommaire :

- 1cas positif = fermeture de classe

- non brassage des élèves, problèmes de remplacement, renvoi à domicile

- vaccins, tests, CO2 : effets d'annonce

- santé sécurité au travail : que faire ?


FO écrit au ministre (à lire en PJ): "Depuis des mois, le SNUDI-FO n’a de cesse de vous rappeler l’urgence et la nécessité de recruter des enseignants fonctionnaires d’Etat et des AESH pour faire face à la situation. Votre tentative de recruter des enseignants contractuels précaires pour quelques mois, contractuels que les IA-DASEN ont d’ailleurs bien du mal à trouver, est loin de répondre à cette attente. A ne pas recruter massivement d’enseignants titulaires, alors que vous avez rendu 212 millions d’€ sur votre budget 2020, vous avez pris la responsabilité de mettre les enseignants, les AESH et les élèves dans des situations inadmissibles."


FO dépose un préavis de grève et appelle les autres organisations syndicales à l'action commune (Communiqué FNEC-FP-FO en PJ: "La FNEC FP-FO refuse d’opposer les personnels, entre ceux qui, pris dans des conditions épouvantables, demandent la fermeture de leur classe, font valoir leur droit de retrait, et ceux qui refusent que les établissements soient fermés. La seule issue pour sortir de l’impasse dans laquelle le ministre veut les enfermer, c’est la satisfaction de leurs revendications, à commencer par le recrutement de personnels sous statut, l’arrêt des suppressions de postes.


Dans cette situation, la FNEC FP-FO appelle les personnels à se réunir dès la rentrée, à prendre contact avec les parents, afin de lister les problèmes et les revendications. Dans ces réunions les personnels sont fondés à poser la question d’une initiative en direction du ministre. La FNEC FP-FO a d’ores et déjà indiqué aux autres organisations syndicales sa disponibilité."


Lors de l'intersyndicale du 23 avril, les amendements proposés par FO au texte intersyndical unitaire proposé par la FSU ont été rejetés, les autres organisations syndicales estimant qu'une partie des demandes ont été prises en compte par le MENJS. 

FO et la CGT ne signent donc pas le texte.


FO écrit aux autres organisations syndicales :

« Chers camarades,

Nous étions dans la logique de tout faire pour aboutir à un texte unitaire comme point d'appui pour contribuer à la mobilisation des personnels en direction du ministre.

Mais il nous est difficile de nous associer à un texte qui ne met pas en avant l'exigence de tout faire pour rendre possible l'ouverture des établissements scolaires pour tous les élèves. C'était le sens de notre amendement : " Elles [les demi-jauges] nécessitent le recrutement immédiat de milliers d’enseignants : les personnels ne peuvent accepter que le but de l’école soit dévoyé et que des élèves soient écartés de l’obligation scolaire sous prétexte de crise sanitaire. "

En effet, ce n'est jamais de gaieté de cœur que les personnels se résignent à la fermeture de leur classe ou à la mise en place d'un enseignement à distance. Le texte ne le dit pas suffisamment.

Nous regrettons également que notre proposition d'appeler les personnels à se mobiliser en direction des autorités n'ait pas été reprise. Nous considérons que la situation de chaos dans laquelle vont se retrouver les personnels dès demain est de la responsabilité du ministre, ce qui pose la question d'agir en sa direction.

Nous restons disponibles pour agir ensemble en ce sens. »



Situation de rentrée - 1 CAS POSITIF = 1 CLASSE FERMÉE

La FAQ du 23 avril maintient le principe de la fermeture de classe dès le premier cas de COVID parmi les élèves, pour une durée de 7 jours

Cette règle entre en application pour tout cas déclaré par les représentants légaux à partir du 26 avril. 

Les conditions d’éviction restent les mêmes : 10 jours pleins à partir de la date de début des symptômes pour les cas symptomatiques, rallongé de deux jours en cas de fièvre. 

Pour les cas asymptomatiques, la durée est de 10 jours pleins à partir du jour du prélèvement positif.



Les autres élèves de la classe sont alors considérés cas contacts et doivent respecter une période d’éviction de 7 jours

Leur retour en classe est conditionné à la présentation d’un test négatif, ou à la production d’une attestation sur l’honneur de la réalisation d’un test négatif par l’élève ; à défaut, la période d’éviction est de 14 jours.



Les enseignants ainsi que les AESH ne sont toujours pas considérés comme cas contacts !



Situation de rentrée - NON BRASSAGE DES ÉLÈVES 

Vous trouverez en pièce jointe un courrier du SNUDI-FO au ministre Blanquer suite à la nouvelle modification de la FAQ qui indique notamment : « Dans les écoles, lorsqu'un enseignant absent ne peut, malgré le renforcement des moyens de remplacement, être immédiatement remplacé, les élèves ne peuvent en aucun cas être répartis dans les autres classes. L'accueil des élèves est alors suspendu dans l'attente de l'arrivée du professeur remplaçant. »


Plutôt que d’annoncer le recrutement d’enseignants pour remplacer les personnels absents, le ministre indique que désormais, si un enseignant est absent et non remplacé, les élèves ne doivent pas être répartis dans les autres classes.


Ainsi donc, au détour de cette FAQ, les élèves seraient purement et simplement privés d’une scolarité obligatoire pourtant garantie par le Code de l’Education !  


Cette mesure prise au nom du non brassage va multiplier les fermetures de classes, par effet domino ! De plus, il s’agit pour le Ministre de dresser les parents contre les enseignants, en particulier les directeurs chargés de tenter d’appliquer cette mesure.


De multiples questions sont sans réponse : que faire lorsqu’un enfant de maternelle est amené par son frère mineur ou accueilli par le centre de loisirs le matin ? Que faire lorsqu’un élève d’élémentaire se rend seul à l’école ? Que deviennent les enfants des personnels prioritaires ? Faut-il en déduire que toutes les équipes éducatives et équipes de suivi devraient dorénavant se dérouler hors temps scolaire, pour éviter tout brassage ? Qui assurera la continuité pédagogique ou le suivi de ces élèves renvoyés chez eux, puisque l’enseignant malade est en incapacité de le faire ? L’équipe enseignante ? Le directeur ? On voit que ce qui est présenté comme une pseudo-protection des enseignants n’est en fait qu’un facteur de déréglementation et de travail supplémentaire non rémunéré, de division et d’opposition entre les parents qui souhaitent légitimement que leurs enfants soient scolarisés, et les enseignants … 

Rappelons que c’est à l’Etat d’assurer l’obligation scolaire, et que ce n’est ni aux directeurs ni aux collègues de prendre la responsabilité de signer un document interdisant l’accès de l’école à un élève. Cette mesure permet au Ministre de continuer à refuser de recruter !


Pour le SNUDI-FO, s’il est inadmissible que les collègues doivent accueillir les élèves des collègues absents faute de remplaçants, il est tout aussi inadmissible de renvoyer les élèves chez eux !


Le ministère doit recruter immédiatement en ré-abondant les listes complémentaires du concours 2020. 



Situation de rentrée - MÉPRIS et EFFETS D'ANNONCE MENSONGERS

6,7 millions d'élèves, 350 000 enseignants, des dizaines de milliers d'AESH et des milliers d'ATSEM reprennent la classe lundi 26 avril, le ministre annonce seulement 400 000 tests salivaires pour la semaine à venir et, peut-être, des autotests pour les personnels...

Comment comprendre que le MENJS passe une commande de 64 millions d’autotests à 6 euros/pièce, mais qu’il refuse toujours de protéger efficacement les personnels vulnérables en leur fournissant des masques FFP2 à 80 centimes pièce ! Plutôt que des mesures leur permettant de savoir s’ils ont été contaminés, les collègues attendent avant tout des mesures leur évitant cette contamination !!

- Le Ministre Blanquer écrit aux personnels... mais oublie les personnels administratifs ! (lire en PJ le communiqué du SPASEEN-FO, syndicat FO des personnels administratifs de l'Education Nationale) : "Le ministre de l’Éducation nationale s’est adressé le 22 avril à tous les personnels en amont de la rentrée des vacances de printemps. À tous les personnels ? Non. Uniquement à nos collègues enseignants. Encore une fois, alors même que le ministre conclue son message en reconnaissant l’implication de tous les personnels, pourquoi oublie-t-il systématiquement ceux qui n’enseignent pas ? Les informaticiens qui mettent en musique depuis plus d’un an l’organisation du travail à distanceLes personnels administratifs des EPLE et des services qui assurent toute l’organisation administrative, financière et logistique ? C’est une nouvelle provocation."

- Côté vaccination, ce sont actuellement seulement 12% des enseignants du 1er degré qui peuvent être vaccinés (+ de 55 ans).

Les annonces sur la mise en place de capteurs de CO2 n’engagent absolument pas le ministre car cela relève des collectivités territoriales.

Et l’Administration, aux plans local et académique, a déjà expliqué qu’elle n’a pas autorité pour imposer quoi que ce soit aux élus locaux.


Quant aux tests salivaires, que le gouvernement n’est toujours pas en mesure de fournir en nombre suffisant, pas plus que les autotests (2 par semaine par enseignant, promet-il), il ne s’agit en aucune manière d’un dépistage massif et efficace, d’autant que, sans les personnels de santé nécessaires, qui va assurer les tests salivaires auprès des élèves ? 


Enfin, en dépit des mobilisations qui ont eu lieu dans de nombreux départements, le ministre maintient l’avalanche de fermetures de classes prévues pour la rentrée prochaine !

Le « Quoi qu’il en coûte», si cher à Emmanuel Macron et à JM Blanquer, ce n’est pas pour l’Éducation Nationale ! Le SNUDI-FO rappelle que le ministre Blanquer a rendu au ministère des Finances 600 millions d’euros de son budget 2020. De son côté, le président Macron annonce le recrutement de 10 000 policiers.


Les moyens existent mais le ministre persiste dans son refus de répondre aux revendications des personnels. Pour le SNUDI-FO, les personnels et les élèves n’ont pas à subir encore une fois la mise en danger de leur santé, la pagaille et la dégradation des conditions de travail et des conditions d’apprentissage.


Situation de rentrée - SANTE SECURITE AU TRAVAIL

1- Pour cette reprise, si vous estimez que votre santé est gravement mise en danger, que les conditions sanitaires ne sont pas remplies pour exercer vos missions, effectuez aussitôt un signalement de danger grave et imminent !


Pour remplir ce Registre DGi, nous vous recommandons fortement de prendre contact avec le SNUDI-FO 86 avant tout.


2- Si vous constatez des dysfonctionnements qui impactent vos conditions de travail, votre santé ou votre sécurité, saisissez vous du RSST (registre santé sécurité au travail)


Pour remplir ce Registre, nous vous conseillons de prendre contact avec le SNUDI-FO 86.


Il est disponible en version dématérialisée dans l'intranet (destinataires automatiques : DASEN, IEN, Directeur de l'école, Représentants syndicaux au CHSCT-D 86) ou en version papier/pdf, à envoyer à l'IEN et au SNUDI-FO 86 (contactez le syndicat).



3- Pas de remplaçant ?

Continuez de nous signaler toute absence non remplacée et faites nous part des conséquences sur l'organisation de l'école, sur vos conditions de travail, sur la sécurité, sur les responsabilités engagées...

Cette action nous a déjà permis d'intervenir à de nombreuses reprises auprès du DASEN, notamment en CHSCT, de pointer les dysfonctionnements, et de recenser ces situations. Vos retours permettront à nouveau au syndicat d'intervenir.


4- Mobilisation

Plus que jamais il est indispensable de discuter en équipe des contraintes et dysfonctionnements occasionnés par la gestion catastrophique du ministre. Les parents d'élèves sont aussi des interlocuteurs envers qui les équipes peuvent communiquer. 


Le SNUDI-FO 86 encourage toute action conjointe permettant de faire connaître les situations inadaptées, les mises en danger, et de lister les revendications à adresser au ministre.


Contactez le SNUDI-FO 86 pour toute aide à la mobilisation, ou pour nous informer des actions envisagées (grèves, lettres, motions d'écoles, saisie de registres, communiqués, etc...)




Le SNUDI-FO réaffirme ses revendications :

- le recrutement immédiat d’enseignants fonctionnaires d’État et d’AESH à hauteur des besoins,

- l’annulation de toutes les fermetures de classes annoncées et la création des postes nécessaires pour abaisser partout les effectifs,

- la possibilité immédiate pour tous les personnels qui le demandent de se faire vacciner et de disposer de masques réellement protecteurs, conformes au Code du travail,

- le reconnaissance de la Covid-19 comme maladie professionnelle à laquelle les enseignants et AESH n’ont pas accès actuellement vu les conditions inouïes requises pour sa reconnaissance,

- le droit aux ASA pour tous les personnels vulnérables ou sans moyen de garde pour leur enfant,

- un vrai statut et un vrai salaire pour les AESH et l’abandon des PIAL,

- l’abandon du projet de loi Rilhac sur les directeurs d’école dont la finalité est de calquer le fonctionnement des écoles publiques sur celui des écoles privées, au détriment des droits statutaires actuels des personnels et de l’indépendance de l’École publique



Bon courage à toutes et tous pour cette énième rentrée particulière,


Le bureau du SNUDI-FO 86



cale




Documents Liés
Courrier SNUDI-FO FAQ
PDF - 572.1 ko
Message de Jean-Michel Blanquer erreur de destinataire
PDF - 645.2 ko
Communique FNEC-FP FO reprise du 26 avril
PDF - 161.2 ko
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
Rentrée du 26 avril : FAQ après FAQ, la protection des personnels toujours inexistante
« Continuité pédagogique » :aucun cadre réglementaire, donc aucune obligation !
Confinement et fermetures des écoles : les consignes tardent...
Annonces du Président de la République : le gouvernement porte l’entière responsabilité de la fermeture des écoles
Campagne de test : CHSCT extra
Pas d’école obligatoire ces jeudi 17 et vendredi 18 décembre... GROTESQUE, INSULTANT, RIDICULE, MEPRISANT ?... OU TOUT A LA FOIS !
Masques pour les élèves : le SNUDI-FO écrit au ministre
Malgré l’état d’urgence et les manœuvres du ministre les personnels en grève ont dit NON à Blanquer !
Oui, il faut la création massive et urgente de postes ! - SIGNEZ LA MOTION A LA DEMANDE UNITAIRE POUR UN RECRUTEMENT D’URGENCE !
ASA personnels vulnérables - télétravail - RSST : se protéger des conditions de rentrée
Infos rentrée 2 novembre
L’intersyndicale adresse une alerte sociale au Ministre
communique SNUDI-FO rentree 2 novembre
Conditions sanitaires, affectations, postes manquants… Faites remonter au SNUDI-FO les problèmes relatifs à la rentrée !
La liste des personnes classées « vulnérables » largement restreinte par décret !
Prime Covid
Comptes Rendus : Reprise des écoles, évolution au 2 juin, primes, CTSD CTM
Communiqué de presse FO : Chauvigny, il n’est plus possible de minimiser les risques
CHSCT D : FO obtient des réponses - Compte Rendu détaillé
Aucune obligation de reprendre le 11
| 1 | 2 | 3 |
SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo