Châtellerault : Fo demande audience au DASEN pour porter les revendications des collègues
Publié; le 3 juin 2022, mis à jour le 8 juin 2022 | snudi FO

Poitiers, le 2 juin 2022



Objet : demande d’audience Châtellerault


Monsieur le Directeur Académique


Notre syndicat est saisi par de nombreux collègues de Châtellerault quant à la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires décrétée par la Mairie, contre l’avis unanime des Conseils d’Ecoles de la commune, pour imposer un autre scénario largement rejeté qui pose déjà de nombreux problèmes.


Les enseignants de Châtellerault dressent un constat accablant et se posent de nombreuses questions :

- Ainsi, pour les élèves en situation de handicap, scolarisés en ULIS la Mairie ne compterait pas mettre en place d’activités périscolaires à partir de 15h tous les jeudis et vendredis, à la différence des autres élèves. Ils partiraient en taxi ou leurs parents devraient venir les chercher. Comment cette réforme peut-elle conduire à une mesure qui paraît à ce point discriminatoire ?

- La Mairie a prévenu : pour les enfants qui ne seront pas inscrits aux activités périscolaires des jeudis et vendredis 15h, il n’y aura pas de service de garderie. Donc les enfants qui resteront (ULIS ou élèves non-inscrits) devraient être gardés par les enseignants si leurs parents sont en retard ou sont empêchés ! Nos collègues doivent-il comprendre que les personnels de l’Education Nationale devront faire la garderie à la place de la Mairie ?

- La Mairie a indiqué qu’elle est propriétaire des locaux et en dispose à sa guise en dehors des heures de classe, notamment après 15h tous les jeudis et vendredis, afin d’y conduire les ateliers des activités périscolaires : selon elle, les enseignants peuvent préparer la classe dans la salle des maîtres ou chez eux. Nos collègues rappellent que leur travail ne s’arrête pas à la fin des heures de classe des élèves : après ces heures il y a les corrections, les mises en place et préparations pour les jours suivant. Nos collègues doivent-ils comprendre que leur lieu de travail n’est plus celui indiqué sur leur PV d’installation et qu’il s’agit désormais de leur domicile ? Que feront les collègues qui ont des problèmes de santé et qui ne peuvent pas porter, parfois entre les étages, les dizaines de kilos de cahiers pour aller en salle de maître ou chez eux les corriger ? Qui remplacera ces collègues quand ils seront en arrêt, qui prendra en charge les soins ? Dans les écoles, notamment maternelles, comment préparer et disposer le matériel et les ateliers pour le jour suivant si on doit laisser sa classe à 15h pour les activités périscolaires ?

- Les enseignants s’inquiètent à juste titre que les tables soient déplacées et non remises à leur place, que le matériel de leur classe réquisitionnée (ou le matériel des salles de motricité) puisse être utilisé pour les ateliers de la Mairie, égaré etc. La Mairie leur répond que le matériel dans les classes et salles de motricité lui appartient et qu’elle peut en faire usage. Les enseignants ne peuvent pas accepter que le matériel qui leur sert pour la classe puisse être utilisé en dehors des heures de classe, d’autant qu’une partie du matériel des classes appartient aux enseignants ou à la coopérative scolaire. Combien de personnes passeront dans les salles de classe de nos collègues ? Comment éviter les vols de matériel des enseignants, comme des affaires de classe des élèves ? Nos collègues devront-ils mettre leurs affaires et ceux des coopératives sous verrou ? Comment garantir aux enseignants que les aménagements indispensables à la tenue d’ateliers, qui pour un grand nombre n’ont pas leur place dans une classe, se feront sans déplacer les tables et les chaises, laisseront la salle en ordre pour faire classe le jour d’après ? Vous-même, pourriez-vous envisager de laisser votre bureau pendant vos heures de travail pour que s’y déroule un atelier de yoga ?

- Les salles de classe sont un lieu identifié d’apprentissage, avec ses règles propres, mises en place par les enseignants, avec les élèves. Comment éviter les conséquences de la confusion entre temps scolaire et périscolaire dans un même lieu ?

- 150 animateurs périscolaires doivent être recrutés, la Municipalité remet en cause les activités sportives municipalisées sur temps de classe avec la co-intervention d’éducateurs sportifs en appui aux enseignants. Afin de limiter les coûts, la Mairie veut placer ces interventions hors temps de classe, les jeudis et vendredis. Educateurs sportifs et enseignants sont contre la disparition de ce dispositif qui fait l’unanimité, et qui pour sa part, a déjà démontré toute sa pertinence : pourquoi mettre fin à un dispositif qui profite aux apprentissages des tous les élèves, dans quel intérêt ?

- La modification des horaires les jeudis et vendredis après-midi va réduire fortement le nombre de créneaux « piscine » disponibles pour l’ensemble des écoles sur le temps de classe, à marche contraire avec les programmes de l’Education Nationale (ASNS notamment). Peut-on permettre que le projet éducatif territorial (PEDT) nuise à la mise en œuvre des programmes nationaux ?

- Les directrices et directeurs craignent que la tâche de tenir les listes et de répartir les groupes d’élèves des activités périscolaires ne leur revienne. Comme les enseignants, ils n’en peuvent plus de la tutelle de la Mairie qui se déleste sur eux et leur impose déjà de nombreuses heures de travail gratuit et de réunions hors temps de service. Comment éviter que les mêmes causes citées dans la lettre de notre collègue Christine Renon n’aient pas les mêmes effets ? Qui est à présent l’employeur des directeurs et directrices ? Comptez-vous laisser la Mairie définir localement les obligations de service des agents ? Sont-ils toujours des fonctionnaires d’Etat ? Qui protège encore les personnels ?

- Les APC peinent à trouver une place dans la semaine : la solution de les mettre dès 8h00, le matin avant la classe ne satisfait personne. Certains personnels envisagent de les inscrire sur la pause méridienne. Les APC ne sont pas un temps de classe, donc, réglementairement, rien n’empêche de les placer sur une pause méridienne, même si celle-ci n’est que d’1h30. Pouvez-vous faciliter l’organisation des écoles en donnant consigne à l’IEN de ne pas refuser ces propositions de la part de nos collègues ?

- La gestion du service des personnels remplaçants, notamment en REP+ sera considérablement compliquée, tout comme la gestion des compléments de temps partiels. Comment allez-vous faire, alors que les services administratifs du Rectorat sont au bout du rouleau ?

- Pour terminer, qu’en sera-t-il si de nouvelles mesures sanitaires devaient être mises en place, nécessitant de limiter le brassage, et imposant un nettoyage plus important des salles de classe ?

Le constat est alarmant : non contente d’imposer aux enseignants des horaires dont ils ne veulent pas et qui désorganisent leurs écoles, la Mairie de Châtellerault compte sur les enseignants pour s’adapter, au mépris de leurs conditions de travail et d’enseignement.

C’est pour toutes ces raisons que nos collègues, qu’ils soient favorables à la semaine de 4 jours ou 4,5 jours, ont massivement rejeté ce scénario d’organisation du temps scolaire proposé par la Mairie.


Parce que la Mairie de Châtellerault n’est pas notre employeur, nous demandons à vous rencontrer pour porter à votre connaissance les revendications et demandes suivantes :

- Nos collègues demandent que soit maintenu l’usage exclusif de leur salle de classe, de leur lieu de travail, après 15h les jeudis et vendredis pour corriger et préparer sereinement la classe dans l’intérêt du service, et de la santé des personnels.

- Nos collègues demandent que vous fassiez le nécessaire auprès de la Mairie afin qu’ils ne se retrouvent pas à faire la garderie gratuitement après leur journée de classe, en dehors de leurs obligations de service et de présence, en dehors de tout cadre réglementaire, et mettant leur responsabilité en danger en cas d’incident.

- Nos collègues vous demandent de faire cesser cette désorganisation, ce POTS (Projet d’Organisation du Temps Scolaire) et ce PEDT qui portent atteinte au bon fonctionnement des écoles de Châtellerault, aux programmes nationaux, et qui par ailleurs pourrait discriminer certains élèves en situation de handicap.

- Nos collègues réaffirment que le vote unanime des Conseils d’Ecoles pour la solution à 4 jours, proposée par la Mairie, doit être respecté : c’est la seule organisation légitimement votée et démocratiquement admise. C’est la seule solution pour réinstaller de la sérénité dans les échanges et éviter le chaos à la rentrée. La raison doit l’emporter face à l’entêtement et au dogmatisme.

- Nos collègues estiment que ce ne sont pas des réunions, des empilements de dispositifs (PEDT et Cité Éducative), la confusion entre temps scolaire et temps périscolaire, ou un emploi du temps élaboré au mépris de leur expertise professionnelle qui permettront de mieux faire réussir leurs élèves. Pour la réussite des élèves il faut une organisation qui fasse l’unanimité, qui ne nuise pas à la santé des personnels, allant dans le sens des préconisations de la médecine de prévention, une vraie formation continue sur le temps de classe pour tous les enseignants, et surtout un recrutement à hauteur des besoins, notamment en termes de remplaçants.


Dans l’attente de vous rencontrer, veuillez agréer, Monsieur le Directeur Académique, nos salutations distinguées.



Fabien Vasselin, secrétaire départemental


cale




Documents Liés
SnudiFO86 - Demande audience dasen chatellerault 03-06-22
PDF - 419.1 ko
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
Châtellerault : Fo demande audience au DASEN pour porter les revendications des collègues
Impôts 2022 - Journal FO spécial aide à la déclaration
AUDIENCE : PASS ENSEIGNANT / PROBLEME BULLETINS PAIE / REPRISES TROP PERCUS / DOSSIERS , ABSENCE DE REPONSE DES SERVICES DU RECTORAT / CARTE SCOLAIRE
Election présidentielle : revendications et principes du SNUDI-FO86
Annonces du président-candidat Macron sur l’École : INACCEPTABLE !
Télétravail : la FNEC-FP-FO ne signe pas !
Ukraine : éditorial d’Yves Veyrier - 9 mars 2022
Audience au DASEN : remplacement, temps partiels, PES, fusions, évaluations d’écoles, politique générale du département
Rentrée : se protéger - situation sanitaire - ouvertures fermetures de classes - évaluations d’écoles - audience ministère - grève du 27 janvier - infos adm
Enquête DEPP (obligatoire ?) en maternelle : Le SNUDI FO intervient auprès du ministère
Décharges de directeurs - fin des circonscriptions - fusions corps IEN
Températures dans les classes / RV de Carrière / 4 jours / Inclusion, PIAL et ASH
MANIFESTATION 5 OCTOBRE 2021
GREVE INTERPRO 5 OCTOBRE : ENSEMBLE, ON Y VA !
ANNONCE DE MACRON À MARSEILLE : Qui peut accepter cela ?
"Non, Monsieur le ministre, ce n’est pas ça la Laïcité La Laïcité, c’est le strict respect de la loi de 1905 !"
1 ou 2 jours de Pré-rentrée
La dernière tranche de l’indemnité REP+ dépendra du "mérite" ! Inacceptable !
Dossier FNEC réforme du Lycée et du Bac
Loi 4 D : un premier recul du gouvernement
| 1 | 2 | 3 | 4 |
SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo