CHATELLERAULT : compte rendu de la réunion syndicale du 10 mai 2022
Publié; le 27 mai 2022 | snudi FO

CHATELLERAULT : COMPTE RENDU RÉUNION SYNDICALE DU 10 MAI 2022

Les enseignants de Châtellerault réunis le mardi 10 mai à l’école Jules Ferry ont dressé un constat accablant du processus de territorialisation de l'École menée à Châtellerault, la mise en œuvre de la Cité Éducative, et l’aggravation de la réforme des rythmes scolaires (PEDT « renforcé » et 4 jours et demi avec des après-midi plus courts se terminant à 15h les jeudis et vendredis).

La discussion montre que la Mairie de Châtellerault est désormais engagée dans un processus d’escalade de l’engagement auquel la formule de Sacha Guitry convient comme un gant : « La raison ne peut rien contre l’entêtement ».

Alors que la rentrée et les nouveaux horaires imposés par la Mairie s’annoncent de plus en plus chaotiques, au lieu d’envisager s’être trompée de direction, la Mairie préfère s’entêter dans ses mauvais choix et ne pas faire un pas en arrière pour se réorienter. Les mensonges et grosses ficelles utilisées pour tenter de vendre cette réforme (sans succès !) apparaissent désormais en plein jour.

Les premiers de cordés municipaux ne semblent pas avoir compris qu’ils ont dévissé le jour où ils ont décidé de mépriser le vote unanime des conseils d’école (lire ici et ici), de ne pas entendre la manifestation devant la Mairie (lire ici), et de ne pas écouter la délégation d’enseignants et de parents d’élèves (lire ici). Hélas, ils entraînent dans leurs erreurs les personnels des écoles et les élèves qui auront à faire les frais de cet entêtement démesuré !

Ainsi nos collègues qui passent leur vie au milieu de leurs élèves se sont vu répondre sèchement par une élue, lors d’un Conseil d'École récent : « Nous à la Mairie on a pensé aux enfants ! ».

Dans de plus en plus d’écoles les enseignants n’acceptent pas le ton employé par la Mairie et refusent qu’elle agisse comme si elle était leur employeur (ce qu’elle fait déjà largement avec les directeurs et directrices convoqués à tout bout de champ !), et qu’elle agisse avec les enseignants comme s’ils étaient déjà ses fonctionnaires territoriaux, le mépris en plus.

Alors même que de plus en plus de collègues font le constat qu’en réalité « A la Mairie, ils n’ont pensé à rien ! » :

- Ainsi, pour les élèves en situation de handicap, scolarisés en ULIS (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire) la Mairie ne compte pas mettre en place d’activités périscolaires à partir de 15h tous les jeudis et vendredis, à la différence des autres élèves. Ils partiront en taxi ou leurs parents devront venir les chercher. Même si cela paraît discriminatoire, la Mairie semble trouver cela tout à fait normal !

- Ainsi les parents devront inscrire leurs enfants aux activités périscolaires des jeudis et vendredis après 15h sur une application dédiée. Mais la Mairie a prévenu : pour ceux qui ne seront pas inscrits, il n’y aura pas de service de garderie ! Donc les enfants qui resteront (ULIS ou élèves non-inscrits) devront être gardés par les enseignants si leurs parents sont en retard ou sont empêchés. Si en élémentaire personne n’imagine laisser sur le trottoir devant l’école les enfants « oubliés » (bien que la législation l’autorise) en maternelle les enseignants seront légalement tenus de garder les enfants jusqu’à l’arrivée des parents ! Aberrant ! (lire en pièce jointe le cas inquiétant des écoles maternelles d’Angoulême qui ont connu ce problème dès 2015).

- Ainsi, chaque jeudi et vendredi à 15h la Mairie réquisitionnera la grande majorité des salles de classes pour les confier à des animateurs périscolaires, qui y conduiront les ateliers des activités périscolaires. Par exemple, pour une école de 150 élèves et 7 classes, ce seront 11 ateliers qui devront trouver un lieu ! Les enseignants ont objecté qu’ils ne pouvaient pas laisser leur classe, lieu de correction et de préparation pour le lendemain ou le lundi : la Mairie a répondu que les classes lui appartiennent et que les enseignants peuvent préparer la classe dans la salle des maîtres ou chez eux, que l’école appartient à la commune, ainsi que le matériel dans les classes, et qu’elle en fait ce qu’elle veut en dehors des heures de classe ! C’est oublier un peu vite qu’une partie du matériel des classes appartient aux enseignants ou à la coopérative scolaire, et que notre bureau c’est celui qui se trouve dans notre classe qui est notre lieu de travail ! Nous sommes des fonctionnaires d’Etat, notre lieu de travail c’est celui indiqué sur notre PV d’installation, ce n’est pas notre domicile !

- Que feront les collègues qui ont des problèmes de santé et qui ne peuvent pas porter, parfois entre les étages, les dizaines de kilos de cahiers pour aller en salle de maître ou chez eux les corriger ? Qui remplacera ces collègues quand ils seront en arrêt, qui prendra en charge les soins ?

- Dans les écoles, notamment maternelles, comment préparer et disposer le matériel et les ateliers pour le jour suivant si on doit laisser sa classe à 15h pour les activités périscolaires ?

- Les enseignants s’inquiètent des conséquences de la confusion entre temps scolaire et périscolaire dans leur salle de classe, ainsi que de l’état dans lequel ils récupéreront leur classe quand les tables auront été déplacées pour faire place pour des activités qui, pour la plupart, ne se pratiquent pas dans des salles de classe !

- Ainsi comme 150 animateurs périscolaires doivent être recrutés, la Municipalité remet en cause les activités sportives municipalisées sur temps de classe avec la co-intervention d’éducateurs sportifs en appui aux enseignants. Afin de limiter les coûts, la Mairie veut placer ces interventions hors temps de classe, les jeudis et vendredis après 15h. Éducateurs sportifs et enseignants sont contre la disparition de ce dispositif qui fait l’unanimité, et qui, pour sa part, a déjà démontré toute sa pertinence dans l’intérêt des élèves.

- Ainsi, la Mairie, pour vendre son emploi du temps à 4,5 jours, avait argumenté que les jeudis et vendredis après 15h les élèves pourraient être emmenés au conservatoire, au stade, à la piscine, sur des visites culturelles, etc. etc. : de tout cela aujourd’hui il n’est déjà plus question !

- Ainsi la réduction des horaires les jeudis et vendredis après-midi va réduire fortement le nombre de créneaux « piscine » disponibles pour l’ensemble des écoles sur le temps de classe, à marche contraire avec les programmes de l’Education Nationale (ASNS notamment). Le projet éducatif territorial (PEDT) mis en place par la Mairie va à l’encontre de la mise en œuvre des programmes nationaux par les enseignants !

- Les directeurs craignent que la tâche de tenir les listes et de répartir les groupes d’élèves des activités périscolaires ne leur revienne : la Mairie se déleste une fois de plus de ses responsabilités sur les directeurs auxquels elle impose déjà de nombreuses heures de travail gratuit et de réunions hors temps de service.

- Les APC peinent à trouver une place dans la semaine : la solution de les mettre dès 8h00, le matin avant la classe ne satisfait personne !

- La gestion du service des personnels remplaçants, notamment en REP+ sera considérablement compliquée, tout comme la gestion des compléments de temps partiels.

- Pour terminer, qu’en sera-t-il si de nouvelles mesures sanitaires devaient être mises en place, nécessitant de limiter le brassage, et imposant un nettoyage plus important des salles de classe ?

Le constat est accablant : non contente d’imposer aux enseignants des horaires dont ils ne veulent pas, la Mairie de Châtellerault n’a pensé à rien et compte sur les enseignants pour s’adapter au mépris de leurs conditions de travail et d’enseignement.

Les enseignants ne veulent pas d’un PEDT renforcé que la Mairie veut mettre en place avec la DSDEN et qui désorganise les écoles, transfert des compétences hiérarchiques supplémentaires à la Municipalité, et permet de déroger au cadre réglementaire national, et encore davantage dans les écoles concernées par la Cité Éducative.

Les enseignants réunis listent les revendications et les demandes que le syndicat Snudi-FO86 ira porter auprès de l’IEN et du DASEN, nos employeurs :

- Notre employeur doit nous garantir l’usage de notre salle de classe, de notre lieu de travail après 15h les jeudis et vendredis pour corriger et préparer la classe : non aux réquisitions de classes ! Nos salles de classe sont des salles de classe, pas des salles de jeux ou de garderie !

- L’Education Nationale, notre employeur, est responsable de nos conditions de travail et de notre santé : il doit contraindre la mairie à nous laisser nos salles de classe pour ne pas déplacer des charges lourdes de cahier, pour corriger et préparer la classe dans des conditions décentes garantissant notre santé tant physique que morale.

- Nous n’avons pas à faire la garderie gratuitement, en dehors de nos obligations de service et de présence, après 15h pour les enfants que les parents ne seront pas venus chercher : une garderie doit être prévue. Non aux réquisitions ! Non au travail gratuit des directrices et directeurs ! Non au travail non déclaré pour le compte de la Mairie !

- Il est temps que le DASEN fasse cesser cette désorganisation et refuse un POTS (Projet d’Organisation du Temps Scolaire) et un PEDT qui portent atteinte au bon fonctionnement des écoles de Châtellerault, aux programmes nationaux, et qui par ailleurs pourrait discriminer certains élèves en situation de handicap.

- Rien réglementairement n’empêche de placer les APC sur la pause méridienne, même si celle-ci n’est que d’1h30, car ce n’est pas un temps de classe.

- Les enseignants réaffirment que le vote unanime des Conseils d’Ecoles pour la solution à 4 jours proposée par la Mairie doit être respecté : beaucoup de temps a déjà été perdu mais il n’est pas trop tard pour que soient entendus les votes des enseignants et des représentants de parents d’élèves pour un retour à une solution raisonnable et choisie démocratiquement.

- Non au PEDT, abandon de la Cité Educative : ce ne sont pas des réunions et des empilements de dispositifs qui permettront de faire réussir des élèves. Il faut un recrutement à hauteur des besoins et une vraie formation continue sur le temps de classe pour tous les enseignants.

Pour le Snudi-FO la situation des collègues de Châtellerault confirme l’analyse d’exigence d’abrogation des décrets Peillon-Hamon-Blanquer sur les rythmes scolaires, les PEDT et la territorialisation de l'École.

Ce compte rendu également en pièce jointe pour diffusion



cale




Documents Liés
CR réunion syndicale SnudiFO 86 Châtellerault 10 mai 2022.pdf
PDF - 487.6 ko
Maternelle Angoulême - la grève est à l’ordre du jour.pdf
PDF - 104.3 ko
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
FO reçue par le Ministre N’Diaye
CHATELLERAULT : compte rendu de la réunion syndicale du 10 mai 2022
Communiqués FO : Quand ADAGE rime avec flicage - et PSY-EN avec recrutement en peine
Communiqué FNEC-FP-FO après le 1er tour des élections présidentielles
Stop à l’allongement sans fin de l’année scolaire !
1er Mai : appel FO, CGT, FSU, Solidaires / Rassemblements dans la Vienne
Grève du 26 janvier - doc préavis - tract
Les négociations sur la revalorisation sont "un marché de dupes", estime Clément Poullet (FNEC-FP-FO)
A cause de masques en tissus fournis par l’E.N. un PE est placé en quatorzaine
Disparition du CMPP - le soin en voie d’extinction
Motion assemblée générale des enseignants des établissements du primaire, du secondaire et du supérieur de la Vienne
Après, il sera trop tard !
MANIF du 10-12 et reconduction de grève
AG secteur Poitiers / La grève est reconduite dans de nombreuses écoles et établissements
L’AG DES PE GRÉVISTES APPELLE A NE PAS REPRENDRE LE TRAVAIL DEMAIN
AG DE GREVISTES BUXEROLLES 05/12 à 10h30 / ETAT DE LA MOBILISATION
J-6 : Mise à jour de l’état de la mobilisation, au moins 60 écoles fermées / La question de sa reconduction est posée
Le ministre utilise le suicide de Christine Renon pour imposer les EPEP et le statut de directeur : honteux et inacceptable !
CANICULE : annonces du DASEN en CAPD / Conseils Snudi-FO86
Le 13 juin : le Ministre est là, nous aussi !
| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo