open badge, FO écrit à la rectrice
Publié; le 27 juin 2020 | snudi FO

D'abord des médailles, maintenant des badges, à quand les pin's ? 


Suite au message de la Rectrice concernant les "open badges", le SNUDI-FO 86 et le SN-FO-LC 86 (lycées collèges) sont saisis par plusieurs collègues, outrés de l'effet d'infantilisation méprisante dans son propos, et du fonctionnement pervers qu'il décrit ! 


Le courrier est en PJ à ce mail.

"Si le début de vos propos pourrait laisser espérer une juste gratification pour le travail mené pendant la crise, la « proposition concrète » des « Open badge » est à cent lieues de cela. Le parallèle avec de « bons points » pour de « bons élèves », ou avec des méthodes de pédagogie par badges, est, par ailleurs, plus que perceptible dans la mise en place de ce dispositif. "

Mais l’ «Open Badge » est une méthode de management, notamment utilisée pour développer la productivité dans certaines entreprises. L'utilisation de cet outil c’est l’autoformation, le contrôle permanent et un outil de plus pour l’évaluation arbitraire des agents, accentuant la considération au « mérite », et les carrières avec traitement inégalitaire dans le cadre de PPCR." 


Dans le cadre de PPCR, l'arbitraire prend le pas sur les droits collectifs. FO, la CGT, Sud Education, seuls syndicats à avoir voté contre au Comité Technique Ministériel, voyaient déjà venir les écueils auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés. 


Carrière au mérite, perte de l'égalité de traitement entre les femmes et les hommes pour l'avancement, accentué aujourd'hui par la Loi Darmanin-Dussopt (Transformation de la Fonction Publique - août 2019) qui fait disparaître les CAPD, mettant fin au contrôle du respect de l'équité de traitement.


Aujourd'hui la Rectrice sort d'un chapeau magique des "badges". 

Les références au monde du personnel enseignant, professionnel de l'Education Nationale, ne manquent pas, mais à laquelle faisons-nous référence quand il s'agit de nous faire "grandir avec nos élèves" ? 


Est-ce ...

- une invitation à reprendre des repères avec la méthode "Lalilo" ?

- une invitation à nous instruire avec le programme télé de france 5 "Hé oua oua" ?

- un clin d'oeil à notre ouvrage pédagogique de référence : "Là haut" de Pixar, où le héros (sans doute un PE en vacances) vient rencontrer le vieux monsieur pour obtenir le dernier "badge" qui lui manque : celui pour aide à une personne âgée ?


Nous avons rappelé dans notre courrier que ce dont les enseignants ont besoin c'est : 

-          Une hausse de la rémunération de 18%, avec dégel de la valeur du point d'indice,

-          Le retrait de PPCR,

-          Le retrait du jour de carence,

-          La compensation financière des outils et moyens de communication pour le « télétravail » non cadré, insufflé tacitement et sans cadrage légal,

-          Une enveloppe de l'Action Sociale ré-abondée après la réduction à peau de chagrin qu'elle a subi dans votre académie,

-          Une véritable formation sur le temps de travail (et non sur le temps libre ou les vacances) ;

-          La liberté pédagogique d'utiliser ou pas le numérique dans nos enseignements sans que cela ne nuise à nos carrières ;

-          L'accès à la médecine de prévention dans l’académie, pourvue à hauteur des besoins soit 8 médecins,

-          Le rétablissement des CAPA et CAPD,

-          Le respect du droit au repos,

-          L'annulation de ce dispositif d’ « open badges ». 


Ces "badges" feront-ils une différence pour nos carrières ? 

Le fonctionnement prend appui sur les innovations personnelles des enseignants, par l'utilisation du numérique, pour pallier l'absence de ressources et de moyens mis à disposition par le ministère pour la classe à la maison, pendant le confinement.

 

Aujourd'hui ces innovations sont récupérées par le ministère pour forcer les personnels à déployer leur utilisation du numérique pour faire classe. 


De vieux serpents de mer ressurgissent, malgré la toxicité reconnue scientifiquement du télé-enseignement, qui ne réussit qu'à creuser les inégalités :

- 1 prof en ligne fait classe à des centaines/milliers d'élèves : plus besoin de remplaçants, économie de postes, problème des effectifs pléthoriques réglé

- la formation pendant les vacances : elle sera adaptée à la conjoncture de la crise et au risque de revivre un confinement forcé, il faudra former les personnels

- la rémunération et l'avancement au mérite : toujours plus inégalitaire, les experts de l'outil numérique prennent un avantage sur les autres ?


Le Compte-Rendu du CHSCT-D du 25 juin porte une analyse sur cette question, et la déclaration FO traite de ce sujet aussi >> lire ici <<



Julien Marmisse,

pour le bureau du SNUDI-FO 86



cale




SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo